Le vrai coût des médicaments

Alors que Donald Trump essaye de faire baisser le prix des médicaments, le système français est bien organisé pour contenir des prix bien placés. Mais cela entraîne des effets secondaires inquiétants et une envolée forte des coûts des traitements innovants.

Prix des médicaments

En France, les prix des médicaments remboursables est fixé par la loi, grâce à une organisme nommé CEPS. Il fixe le prix des nouveaux médicaments et les revoit à la baisse régulièrement. Au final, 93% des médicaments sont en-dessous des moyennes européennes. L’indice des prix publics des médicaments remboursables en France a diminué de 37,5 % entre 1990 et 2015 quand l’indice du coût de la vie augmentait de 48,4 %...Enfin, près de 4 médicaments remboursés sur 10, délivrés en pharmacie, sont des génériques : ils sont en moyenne 60% moins cher que leurs produits de référence parce qu’ils n’ont pas à supporter les coûts de R&D et de redevances d’exploitation (source GERS). Le cout est supporté par la sécurité sociale pour environ 70% des dépenses et laisse à charge les familles environ 17% de ces dépenses.

Les traitements innovants

Longtemps les industriels ont compensé la baisse des prix par une augmentation de volume des médicaments vendus. Mais depuis plus de 10 ans la consommation évolue faiblement. L’investissement des laboratoires dans les innovations thérapeutiques arrive sur le marché avec des promesses importantes. Par exemple, le laboratoire Gilead a commercialisé un médicament permettant de soigner l’hépatite C dans 95% des cas contre 30% auparavant, et ceux en quelques mois de traitement. Cette innovation s’est vendue 44000€ le traitement de 3 mois au départ. Aujourd’hui revu à la baisse, il se vend 28000€. Mais il pourrait bien éradiquer la maladie !

Des ruptures de plus en plus fréquentes

Le CEPS revoit à la baisse le prix de tous les médicaments. C’est ainsi que le prix de 93% d’entre eux est inférieur à la moyenne européenne. Un industriel pouvant vendre un même stock priorisera celui qui sera le plus profitable pour lui, au détriment de la France parfois. Même si les ventes à l’étranger ne sont pas les seules causes des ruptures en pharmacie, il faut tout de même noter que 295 médicaments ont été déclarés en rupture sur une durée moyenne de 40 jours, selon les informations de l’ordre des pharmaciens. Les patients en ont parfois fait les frais.

 

La santé coute en France près de 3000€ par habitant soit 8.9% du PIB. C’est la moitié de ce que dépenses les Etats-Unis, bien conscient des problèmes de santé publique que cela occasionne. En France, notre système perfectible permet de financer l’innovation de santé et les dépenses de santé mais risque de poser des problèmes d’approvisionnement sur des médicaments parfois sensible. L’ensemble des acteurs du médicaments alertent les pouvoirs publics pour freiner ce phénomène et garantir aux français un accès aux traitements les plus simples comme les plus récents.

 

sources :

www.leem.org

http://medicprix.sante.gouv.fr/medicprix/

http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/ve-3.pdf

http://www.ordre.pharmacien.fr/Le-Dossier-Pharmaceutique/Ruptures-d-approvisionnement-et-DP-Ruptures

Dr Xavier MOSNIER-THOUMAS